Chapitre 5

Lire une partition (les bases)

Guide du débutant pour apprendre le piano

Dans le chapitre précédent, nous avons présenté les notes et leur position sur le clavier. Ce nouveau chapitre va mettre ces notes sur une page en introduisant le solfège, la communication écrite de la musique. Si vous vous interrogez sur la nécessité d’apprendre le solfège, lisez ce qui suit. Si vous avez déjà décidé de l’apprendre, lisez quand même ce qui suit, cela ne pourra que vous conforter. Alerte spoiler : pour nous, apprendre à lire la musique, bien que non indispensable pour les débutants, est une très bonne idée.

Qu’est-ce que la notation musicale ?

La musique est une langue. Et, tout comme n’importe quelle langue, elle a une transcription écrite.

La musique est une langue. Et, tout comme n’importe quelle langue, elle a une transcription écrite. C’est une forme de communication. Le solfège donne aux musiciens du monde entier un moyen de communiquer. Un compositeur écrit un morceau avec des symboles spécifiques, et si vous savez lire la musique, vous pouvez la comprendre. Deux musiciens peuvent ne jamais se rencontrer, être séparés par des continents et des siècles, mais cette communication demeure.

Les humains écrivent la musique depuis l’existence même de l’écriture. Avant le solfège, la musique se transmettait directement, en la jouant, mais on a retrouvé des traces d’écriture musicale sur des tablettes remontant jusqu’à 2 000 ans av. J.-C. L’« écriture sur portée » moderne, le format que nous utilisons aujourd’hui, a été créée par des moines catholiques pour standardiser la musique sacrée.

L'écriture sur portée
L'écriture sur portée

La façon de communiquer la musique a changé. Les enregistrements audio et vidéo ont évolué au point qu’ils peuvent documenter une performance avec précision. Cela ajoute de la profondeur et de la clarté, mais cela n’enlève en rien le besoin d’écriture, car chaque interprétation est unique. En d’autres termes, la partition écrite par le compositeur est la seule référence « parfaite » de l’œuvre exacte qu’il cherchait à créer. Dès lors qu’elle est jouée, l’œuvre acquiert sa propre forme.

Pourquoi apprendre à lire la musique ?

Les gens vous diront peut-être qu’apprendre à lire la musique demande du temps et du travail alors que vous n'en avez pas besoin. Certains musiciens exceptionnels n’ont jamais appris le solfège, et il existe des méthodes pour apprendre à jouer à l’oreille ou en n’utilisant que les grilles d’accords (nous y reviendrons plus tard).

Soyons clairs : si vous n’apprenez pas à lire la musique, vous vous limitez.

Nous vous mettons au défi de trouver un pianiste qui a appris le solfège et qui le regrette aujourd'hui. Au contraire, vous en trouverez beaucoup qui auraient aimé l’apprendre plus tôt. Comme avec n’importe quelle langue, vous pouvez vous débrouiller sans prendre le temps d’apprendre à la lire ou à l’écrire, notamment au début. Mais à long terme, savoir lire la musique apporte bon nombre d’avantages sans lesquels vous vous limitez.

C’est moins long que vous ne le pensez. Ce n’est pas à proprement parler un « avantage » en soi. Mais si votre seule barrière à l’apprentissage du solfège est le temps et le travail, sachez que ce n’est pas si long que cela. Les partitions ne vous semblent être pour l’instant que des traits et des points sur une page, mais vous verrez que vous saurez lire et jouer votre premier morceau en un rien de temps. Travaillez assidûment, découvrez progressivement de nouveaux éléments de notation, et vous serez surpris de voir à quelle vitesse vous arriverez à tout déchiffrer.

La lecture à vue. Il s’agit de la capacité à lire un morceau pour la première fois tout en le jouant, et cela tout aussi facilement que vous pouvez lire cette phrase à voix haute. Certes, cela demande du temps et de l’entraînement, mais vous serez, au final, en mesure de jouer n’importe quel morceau dès lors que vous avez sa partition. Internet permettant de trouver très facilement des partitions, apprendre à lire la musique à vue vous donne la possibilité de jouer pratiquement tout, immédiatement.

Lire lève tout doute. Votre « oreille musicale » se développe naturellement avec le temps. Ceci dit, apprendre uniquement à l’oreille nécessite un entraînement pour parvenir à identifier les notes, intervalles et accords à un niveau avancé. C’est une compétence très importante, mais même les pianistes ayant développé leur oreille depuis des années rencontrent parfois des difficultés. Il est particulièrement difficile d’identifier une note noyée au milieu de nombreuses autres, ou bien un enchaînement rapide de notes.

Mettons que vous entendez un morceau et décidez d'apprendre à le jouer. Si vous ne savez pas lire la musique, vous devrez ralentir le morceau, le rejouer de très nombreuses fois, et malgré tout vous ne serez pas sûr d’avoir bien tout entendu. Si vous connaissez le solfège, vous saurez instantanément quelles sont les notes et comment elles sont censées être jouées, clefs en main.

Un aide-mémoire permanent. Jouer à l’oreille implique de garder en mémoire tout ce que vous avez appris. Les partitions offrent une « sauvegarde écrite » de tout ce que vous avez appris ou envisagez d’apprendre. Si votre mémoire n’est pas parfaite, vous pouvez développer votre propre système d’écriture. Mais lorsqu’il existe déjà un langage universel, pourquoi s’en priver ?

Aucune limite. Savoir comment le compositeur souhaitait que le morceau soit joué ne vous limite pas à le jouer nécessairement tel quel. Mais il faut connaître les règles avant de pouvoir s’en affranchir. Duke Ellington a créé des chefs-d’œuvre du jazz à partir de Peer Gynt de Grieg et de la Danse de la fée Dragée de Tchaïkovsky. Mais il avait d’abord appris à maîtriser les œuvres originales à la note près, ce qui implique d’étudier la partition originale du compositeur et de s’appuyer dessus.

Une méthode alternative : les grilles d’accords

Des styles comme la pop ou le jazz sont souvent moins spécifiques vis-à-vis de ce que doivent jouer les instruments accompagnateurs, donc une partition complète va donner des détails inutiles. Les musiciens dans ces styles vont plutôt suivre une suite d’accords. Un accord est un ensemble de notes qui crée une harmonie spécifique, avec une nomenclature qui vous indique les notes à inclure.

L’écriture des accords apparaît généralement dans des grilles d’accords, qui donnent les changements d’accords et parfois même des indications rythmiques. Ce format est utile si vous envisagez de jouer en groupe, dans le jazz ou d'autres styles. Si vous choisissez cette méthode, nous vous conseillons quand même d’apprendre l’écriture sur portée. Comprendre les deux systèmes de notation vous apportera une flexibilité et vous permettra d’utiliser certaines variations comme les « lead sheets ». Ces dernières indiquent les paroles et la mélodie sur portée mais également les changements d’accords qu'un interprète principal devra suivre.

Une grille d’accords et une « lead sheet »
Une grille d’accords et une « lead sheet »

Les bases du solfège

Remarque : la partie qui suit s’appuie sur des concepts que nous avons présentés dans les chapitres précédents, notamment le chapitre 4 – Commencer à jouer du piano.

La portée

L’écriture du piano se fait sur un système de portées : deux portées de 5 lignes et 4 interlignes chacune, reliées par une accolade sur la gauche. La portée supérieure est en clef de sol et est généralement jouée à la main droite, alors que la portée inférieure est généralement en clef de fa et est jouée à la main gauche. Le do central se situe dans l’espace entre les deux portées, sur une ligne imaginaire. Tout comme sur le clavier, où il est le point central d’orientation, ce do est central sur les portées.

Le do central sur le système de portées
Le do central sur le système de portées

Divers symboles musicaux, dont les notes, sont inscrits sur les lignes et interlignes des portées. Les notes peuvent se trouver sur une ligne comme dans un interligne. La hauteur d’une note sur la portée détermine sa hauteur musicale. Une ligne supérieure signifie une hauteur supérieure, donc remonter la portée de bas en haut représente le déplacement de gauche à droite sur le clavier. On ajoute des lignes supplémentaires au-delà et en deçà de la portée si une note est supérieure ou inférieure aux 5 lignes.

Les notes

Nous allons nous concentrer sur la portée supérieure en clef de sol. Localisez le do central (voir le chapitre 4) sur le clavier et sur la portée ci-dessous. À partir de là, suivez les notes dans l’ordre et nommez toutes les notes trouvées sur la clef de sol. Sur la portée, la tête de note indique la hauteur.

Les notes sur la clef de sol
Les notes sur la clef de sol

Maintenant que vous pouvez identifier et localiser les notes sur la clef de sol, voyons la position de do sur le papier.

La position de do sur une portée
La position de do sur une portée

Les cinq premières notes que nous avons jouées à la main droite se trouvent sur la moitié inférieure de la portée en clef de sol. Notre do se situe sur la ligne supplémentaire du do central, le ré se trouve juste en dessous de la première ligne de la portée, le mi est sur la première ligne, le fa est sur le premier interligne et le sol est sur la deuxième ligne. Essayez de jouer ces cinq notes.

La durée des notes

La lecture de gauche à droite représente la progression temporelle de la musique. Tout comme la position de la note vous indique quelle touche jouer, la forme de la note vous indique combien de temps la jouer. Nous aborderons les chiffrages des mesures, les subdivisions et les symboles de durée au chapitre 8, mais pour vous donner un aperçu :

La ronde est un ovale blanc et dure quatre temps.
La blanche ajoute une hampe et dure deux temps.
La noire est de couleur noire et dure un temps.

La ronde, la blanche et la noire
La ronde, la blanche et la noire

Voilà tout ce que vous devez savoir (pour l’instant)

C’est maintenant le bon moment pour commencer à vous entraîner à la lecture musicale en apprenant quelques-uns de vos morceaux préférés. Vous avez tout ce qu’il vous faut pour vous lancer. Nous reviendrons à la lecture musicale au chapitre 8, où nous évoquerons les altérations (les touches noires), les tonalités, le chiffrage des mesures et d'autres éléments. Le chapitre qui suit traite exclusivement de la pratique. Si vous n’avez pas encore choisi de méthode d’apprentissage, revenez au chapitre 2 – Les méthodes d’apprentissage du piano pour vous guider.